Territoire Triangle

L'actualité des régions

Home » Vous ne devriez peut-être pas poster ça sur Facebook…

Vous ne devriez peut-être pas poster ça sur Facebook…

Comme la télévision en son temps, Facebook instaure de nouvelles habitudes dans la vie de ses utilisateurs. Mode, business ou réelle facilité pour rester en contact avec des personnes chères à l'autre bout du globe, nous nous confions à Facebook. Nos états d'âme, nos relations amoureuses, nos photos de vacances, nous oublions parfois que nous ne sommes pas complètement seuls derrière notre écran…

Le vol de données

Facebook donne des idées aux petits malins du coin. Les données qui vous semblent anodines, c'est ce qu'il y a de plus juteux pour eux. Le piratage de compte et le vol de données constituent l'un des pires fléaux du réseau social. Un jour, vous cliquez sur un lien, et vous voilà renvoyé vers une fausse page de connexion à Facebook. Si vous ne décelez aucune faute d'orthographe, que les logos sont cleans ou que vous ne vérifiez pas l'url, vous entrez vos identifiants, et le méchant pirate de l'autre côté, borgne et débraillé, les récupère. C'est ce qu'on appelle le « phishing ». Plus astucieux que Jack Sparrow ou le Capitaine Crochet, il vous fait parvenir ce lien cliquable depuis un de vos amis, victime lui aussi du piratage. Prévoyant, Facebook a prévu une procédure spéciale pour récupérer son compte.

J'aime plus les « j'aime »

C'est ce que proclame l'Allemagne lorsqu'en 2011, le Land Schleswig-Holstein a ordonné que les boutons « J'aime » soient retirés de tous les sites de leur région. En cause, la violation des lois allemandes et européennes  en matière de protection des données privées. En effet, en cliquant sur le bouton, les allemands permettaient à Facebook de récupérer des données personnelles, y compris celles de personnes non inscrites sur le réseau. 

Mes chers faux amis

Savez-vous vraiment qui voit vos photos ? Lui, là, à gauche, vous l'avez croisé à un concert et il vous a retrouvé sur Facebook. Et vous, vous avez accepté sa demande. Vous comptez vraiment le revoir ? Des études sociologiques montrent que les liens d'amitié virtuelle sont bien moins forts que les liens entretenus « dans la vraie vie ».

Name of author

Name: emile