Territoire Triangle

L'actualité des régions

Home » Réforme territoriale : quelles économies possibles pour les 13 régions ?

Réforme territoriale : quelles économies possibles pour les 13 régions ?

lycée Renoir à Limoges

Puisque le but de la réforme territoriale en France selon l’Etat est d’améliorer la situation économique du pays, l’Ifrap s’est intéressé de plus près à la question. Maintenant qu’elles ne sont plus que 13 au lieu de 22, quelles économies les nouvelles régions françaises actuelles peuvent-elles réaliser ? Les réponses, incluant même les montants approximatifs, après une enquête axée particulièrement sur les principaux domaines d’intervention, dont les lycées.

Les économies que les 13 régions peuvent réaliser grâce aux lycées

A la question concernant la manière possible d’économiser des nouvelles régions françaises, et pour quel montant, l’Ifrap, apporte des réponses tirées d’une étude menée sur l’ensemble de ces collectivités. Premier domaine où les dépenses, considérées alors comme des gaspillages, pourraient alors être freinées : le lycée ou précisément le taux d’absentéisme. La région prise comme référence ici par la fondation est la Basse-Normandie, avec un taux minimal, considérable toutefois, de 21 jours. Les régions telles que l’Alsace, bientôt Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine ou encore la Lorraine, avec respectivement un taux d’absentéisme de 26 jours et 28 jours, associées à la Champagne-Ardenne avec un taux de 23 jours pourraient alors à elles 3 créer 171 emplois. Les économies pourraient alors être encore plus grandes pour la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, qui comptabilise 88 000 jours d’absentéisme par an, équivalant à une création de 392 emplois à plein temps. Néanmoins, force est de constater que les évaluations faites doivent tenir compte de la marge de progression de chaque région, laquelle pourrait préférer dépenser plus dans d’autres domaines d’intervention principaux tels que le transport ferroviaire et la formation.

Ce que les régions peuvent économiser par rapport à leurs dépenses actuelles relatives au fonctionnement et à l’investissement

L’Ifrap a également pris en compte des dépenses de fonctionnement et d’investissement de chaque région, afin d’évaluer d’une manière plus pertinente les économies que chaque région française pourrait réaliser. Les régions de référence, considérées comme les meilleures élèves étant pour ces deux domaines respectifs le Pays de la Loire et Poitou-Charentes. Les futures grandes régions qui pourraient économiser davantage sont alors l’Ile-de-France, qui pourrait réduire ses dépenses actuelles de 1 480 millions d’euros, le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, avec une réduction possible de 936 millions d’euros ou encore l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine avec 696 millions d’euros d’économies possibles.

Name of author

Name: emile